Ils cassent l’école : vos enfants seront tous ignares mais égaux

Extrait d’un article de L’Homme Nouveau sur la réforme scolaire :

« […] le bouleversement de l’école voulu par le gouvernement Hollande est l’imposition tyrannique d’une série de mesures aussi absurdes que coûteuses et complexes à mettre en œuvre : refonte totale des programmes scolaires et cycles d’apprentissage, déploiement de l’utilisation d’outils informatiques avec le programme « école connectée », modification des rythmes scolaires, création de 60 000 postes pour l’Éducation nationale, réforme de la formation des professeurs, nouvelles mesures en faveur des zones d’éducation prioritaire (ZEP)…

Pour cette année 2016, c’est le collège qui a fait l’objet des attentions toutes spéciales de Najat Vallaud-Belkacem. L’enseignement est désormais organisé non plus par classes mais par cycles : le cycle des apprentissages premiers (petite, moyenne et grande section de maternelle), le cycle des apprentissages fondamentaux (CP, CE1 et CE2), le cycle de consolidation (CM1, CM2 et 6ème) et le cycle des approfondissements (5ème, 4ème et 3ème). Le nombre d’heures allouées à chaque discipline n’est donc plus pensé par année mais par cycle. Ce qui signifie qu’un élève qui change d’établissement en milieu de cycle aura de fortes chances de faire l’impasse sur une partie plus ou moins importante du programme. Par ailleurs, 20 % des heures jusqu’alors consacrées aux matières fondamentales seront consacrées à des heures de soutien et aux Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI)… Concrètement, il s’agit d’heures consacrées à des thèmes touchant à plusieurs disciplines et que les professeurs concernés doivent enseigner ensemble, et tant pis si cela demande une organisation démentielle.

Le gouvernement a établi huit thèmes d’étude pour ces EPI et les établissements devront en choisir six qu’ils proposeront aux élèves au cours du « cycle des approfondissements », à raison de deux EPI par an. Parmi ces huit thèmes, on trouve « Corps, santé, bien-être et sécurité » ou « Information, communication, citoyenneté ».

L’obsession de l’interdisciplinarité

Marc Le Bris, enseignant et auteur de Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter !, résume ainsi cette obsession de l’interdisciplinarité : « L’Inspec­tion générale propose toujours la même méthode qui est universelle et infaillible, valable pour toutes les matières, tous les âges d’élèves, tous les niveaux de difficulté : les élèves en petits groupes, sont assis, ou mieux encore debout, face à une situation non scolaire qui doit leur poser des problèmes naturels de conception et de présentation, d’où ils tireront des maths, de la rédaction, de l’anglais… bref, une ­“situation-problème interdisciplinaire” dans laquelle ils construiront eux-mêmes leur savoir. »

Un refus de l’excellence

Suppression des classes bilingues, suppression du latin, programmes simplifiés, enseignements fumeux : la refonte de l’école est en fait le refus évident de l’excellence car, sous le prétexte louable et légitime de ne pas laisser les élèves en difficulté sur le bord de la route, on empêche les meilleurs d’aller aussi loin qu’ils le pourraient. […] »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*