Monseigneur Lebrun sur l’IVG: C’est toute la société qui devrait se révolter !

Monseigneur Lebrun a été interviewé par Famille Chrétienne à propos de la Marche pour la Vie

Vous avez été le premier évêque à participer à la Marche pour la Vie en 2010, pourquoi est-ce important que les évêques soient présents à ce rendez-vous ?

Pour moi, l’avortement est une question cruciale. Il est important que les évêques soient présents pour toutes les personnes en difficulté, en particulier les plus précaires ou les plus loin de Dieu. …/… Or, y a-t-il  plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? …/…

Que vous inspire la situation de la vie en France, en particulier avec le délit d’entrave numérique ?

Nous sommes dans un paradoxe incroyable. De grands progrès sont effectués en direction des personnes faibles ou en précarité. …/… Comment cela se fait-il que nous ne prenions pas plus soin des petits d’homme ? Après douze semaines et un jour de vie, les soignants font des miracles pour sauver les embryons. À douze semaines moins un jour, leur vie est mise en dangerles mêmes soignants peuvent être sommés de les éliminer. Je ne comprends pas le blocage. Il ne faut pas faire des acteurs politiques ni des soignants des boucs émissaires, même s’ils ont leur part de responsabilité. C’est toute la société qui devrait se révolter. Le projet de loi sur le délit d’entrave est grave. Est-ce une tentative pour étouffer une révolte dont je pense qu’elle viendra tôt ou tard ?

Quel rôle peut jouer l’Église dans un meilleur accueil de la vie ?

Parmi les causes, il y a évidemment la détresse de femmes sans oublier la responsabilité des hommes. Beaucoup de personnes retroussent heureusement leur manche pour proposer des aides alors que la société privilégie comme « solution » la disparition de l’enfant conçu. Nous devons nous engager plus fermement dans cette voie.  …/…

Dans nos écoles catholiques, nous devons faire un effort pour l’éducation à la vie, et au respect de la vie.

Et, surtout, ne cessons pas de nous émerveiller : « Pensons à ce que vaut cet embryon dès l’instant où il est conçu ! Il faut le regarder de ces yeux d’amour du Père, qui voit au-delà de toute apparence », écrit le Pape François (Amoris laetitia n° 168).

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*