LETTRE OUVERTE à Madame THOMASSIN, Maire de Bondy

Madame le Maire,

La 1ère fête des Familles du 93 s’est tenue à Bondy, le 24 juin 2015. Vous vous en souvenez certainement: environ 500 personnes y ont participé. Ce jour-là, vous aviez créé la surprise en invitant vos amis à protester contre nous et aviez réuni une quinzaine de protestataires, comme le montrent les photos de cette soirée.

En juin 2016, 2e fête des Familles du 93. Au même endroit. A notre arrivée, place de la Gare, la police municipale nous attend, prétendant nous interdire l’accès de la place, en violation du droit de manifester qui résulte de de notre déclaration auprès du préfet du département. Nous refusons les intimidations émanant de la police municipale. La fête des Familles connaît un nouveau succès. Cependant, au milieu de la soirée, vous venez, Madame le Maire, nous dire que «nous mentons»: Selon vous, la PMA sans père et la GPA ne sont pas autorisées en France (ce qui est vrai) et il n’est absolument pas question que la loi autorise la conception d’enfants qui ne sauront jamais qui est leur père ou qui est leur mère.

Très en colère contre nous, vous nous promettez que vous ferez tout pour interdire une 3e fête des Familles à Bondy: « je trouverai une façon de vous empêcher de revenir, j’organiserai une brocante, une foire de la chaussure, n’importe quoi, mais vous ne reviendrez pas! ».

2017: afin de ne pas perturber les campagnes présidentielle et législative, nous décidons de retarder la 3e fête des Familles au 11 octobre. Le préfet autorise la date et le lieu.

 

Il est d’autant plus important d’informer largement la population que les nouvelles menaces prennent une actualité brûlante: à en croire certains ministres en charge, la PMA sans père sera autorisée en 2018 !

 

 Quand nous arrivons place de la Gare le 11 octobre, nous découvrons la surprise que vous nous avez préparée: la place est enfermée par des barrières métalliques qui en empêchent le libre accès ; trois attractions, dont une qui n’est même pas déballée (!!) parsèment l’espace public, qui est pour l’essentiel inoccupé…

 

Soyons positifs: il reste beaucoup de place libre pour les participants à notre fête des Familles et votre château gonflable plaira sûrement aux enfants que nous attendons! Erreur d’interprétation de notre part: la personne qui commande votre police municipale nous chasse de l’espace que contrôlent une dizaine d’agents municipaux et presque autant de vigiles payés par vous, nous intimant l’ordre de sortir de l’enclos que vous avez mis en place, en emportant notre machine à barbe à papa…: « Le préfet n’est pas compétent pour autoriser votre manifestation sur une place qui appartient à la commune », nous déclare, ironique, le responsable du détachement de la police bondynoise.

La police nationale arrive sur les lieux. L’officier qui la commande, inquiet de l’animosité dont font montre vos amis à notre égard, propose de nous attribuer un espace d’une centaine de m2 à l’extérieur de «votre» enclos, qui demeure presque entièrement vide, mais à la disposition exclusive de vos militants et employés.

Que la fête commence! À 19 h, je prends la parole pour introduire notre manifestation populaire. Commence alors le deuxième acte que vous aviez manigancé: tout aussitôt, une quinzaine de contre-manifestants se regroupent (les mêmes qu’il y a deux ans? ). Ils viennent tout contre les barrières qui nous séparent d’eux et, par tous les moyens (tambours, mégaphones, crécelles, klaxons, insultes, hurlements hystériques..), s’acharnent à nous rendre inaudibles, espérant nous faire taire.

 

Ce harcèlement durera deux heures! Il dit votre vision de la démocratie !

 

Je dois avouer, Madame le Maire, que certains d’entre nous ont eu peur: les enfants dont les parents n’ avaient pas tout de suite renoncé devant les intimidations que vous nous avez fait servir par vos partisans. 

Les images qui relatent cette lamentable atteinte à nos droits sont sur internet: elles font justice de vos dénégations embarrassées et mensongères auprès de la presse bobo (que nous publions également!). 

Madame le Maire, dans leur immense majorité, les habitants de notre département, les habitants de Bondy, refusent vos méthodes  au service d’une idéologie qui prétend nous imposer un «changement de civilisation».

Nos enfants doivent être protégés et accompagnés, pas manipulés par des théoriciens sectaires. Quelle folie vous pousse à vouloir autoriser la fabrication d’enfants sans père? (la PMA sans père), d’enfants sans mère? (la GPA)

Madame le Maire, vous nous trouverez jusqu’au bout sur votre chemin.

Avec tout le respect qui vous est dû.

Jean de Launoy

Président du Collectif Familles 93

 

PS J’invite ceux qui liront cette lettre ouverte à prendre connaissance des informations que publie notre site sur cette soirée: les images se passent de commentaires !

 

 

 

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*