Le 6 mars 2018 l’ECLJ a défendu la cause des enfants à l’ONU

Pendant qu‘Arte et « Libé »  attaquent l’ECLJ en diffusant une enquête la gratifiant du beau titre de « croisés »*, l’ECLJ continue de défendre la vie et la justice sur tous les fronts

L’ECLJ était la semaine dernière à l’ONU, à Genève, pour défendre la vie humaine et les chrétiens persécutés.

 

Au Conseil des droits de l’homme, les 5 et 6 mars, les débats étaient largement consacrés aux droits des enfants.

À cette occasion, la Rapporteur spécial de l’ONU sur la vente d’enfants a publié son rapport sur la gestation par autrui (GPA) dans lequel elle consacre ses efforts non pas à lutter contre la GPA, mais à trouver le moyen de la rendre compatible avec l’interdiction de la vente d’enfants.

À cette fin, elle recommande tout simplement de déclarer, dans les contrats de GPA, que la transaction ne porte pas sur l’enfant, mais sur la gestation !

De même, il suffirait de déclarer que ce n’est pas l’enfant qui est transféré mais sa filiation légale ! 

Ainsi, la GPA pourrait être pratiquée sans tomber sous le coup du droit international.

 

 

Le site de l’ECLJ

 

Durant ce même débat, l’ECLJ s’est adressé au Conseil des droits de l’homme pour dénoncer le fait que « les enfants sont pris au piège de l’égoïsme des adultes, des intérêts de l’industrie biomédicale et de l’eugénisme. Comme les esclaves, on peut les tuer, les vendre et les acheter»

 

L’ECLJ a aussi organisé une conférence au siège des Nations Unies sur le droit de connaître ses origines 

L’ECLJ a donné la parole à des femmes privées de leur « père biologique » parce qu’elles ont été conçues par « PMA anonyme », c’est-à-dire avec le sperme d’un homme anonyme. Ces femmes ont été blessées par cette grave injustice. Elles se battent aujourd’hui pour connaître leur père, leurs éventuels frères et sœurs, leur propre histoire et origine.  Nous en publierons bientôt les textes et vidéos.

L’ECLJ s’engage auprès d’elles pour que soit reconnu et garanti le droit fondamental de connaître ses « parents biologiques ». Ce droit constitue le lien nécessaire entre la nature et la filiation ; il s’oppose à la déshumanisation de la procréation.

A l’occasion de cette conférence, l’ECLJ publie un nouveau rapport « Les droits des enfants conçus par PMA ». Il sera bientôt disponible en français.

 

L’ECLJ en quelques mots

 

L’ECLJ est une organisation internationale non gouvernementale fondée en 1998 et dédiée à la promotion et la protection des droits de l’homme en Europe et dans le monde.

L’ECLJ est titulaire du statut consultatif spécial auprès des Nations Unies / ECOSOC depuis 2007. L’ECLJ agit dans les domaines judiciaires, législatifs et culturels et défend en particulier le droit à la liberté religieuse, la vie et la dignité des personnes devant la Cour européenne des droits de l’homme et à travers les autres mécanismes offerts par les Nations-Unies, le Conseil de l’Europe, le Parlement européen et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*